Main Page Sitemap

Document stratégique de réduction de la pauvreté




document stratégique de réduction de la pauvreté

Sources : EPM 2005, Instat, calcul des auteurs.
Agrandir Original (jpeg, 96k) Fig.5 Taux de fécondité selon le milieu de résidence, la combien gagne un community manager province et le niveau déducation, 2003 (nombre denfants par femme).
40Considérons dabord loption visant à réduire de moitié la proportion de pauvres dans chacune des six provinces de Madagascar (option 1).
37Il est bien sûr difficile détablir des projections sur lévolution de la pauvreté à lhorizon 2015.
1 Les pays du G7 sont les États-Unis, le Japon, lAllemagne, le Royaume-Uni, la France, lItalie et l (.) 2 En anglais prsp pour «Poverty Reduction Strategy Paper».Dans ce cas, ce sont sur toutes les régions rurales en général et sur celles des provinces de Fianarantsoa, Toliara, Mahajanga et Toamasina en particulier que doivent porter les efforts (fig.Pour 2010, les prévisions sont meilleures puisquelles envisagent un retour de la croissance, autour de 2 pour lannée.7Sept ans après lélaboration du dsrp intérimaire (dsrp-I) et à cinq ans de léchéance code reduction adam & eve pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations unies, un bilan chiffré des performances de Madagascar en matière de croissance et de réduction de la pauvreté.3 Uniquement destiné aux entreprises exportatrices, le régime malgache de zone franche offre des avan (.) 9Un examen plus attentif des performances de croissance révèle néanmoins une économie à deux vitesses.Laccroissement de la part de la population pauvre a été particulièrement marqué en ville et parmi les travailleurs non qualifiés, les employés et les petits agriculteurs (FMI, 2004).En sinspirant de lapproche originale développée dans lenquête 1-2-3 à Madagascar, les EPM ont commencé à intégrer les questions de pauvreté subjective à partir de 2001.Sources : edsmdiii, Instat.Cette approche consiste à estimer le coût du panier alimentaire dun individu pauvre permettant de satisfaire un besoin calorique de 2 133 calories par jour Ce coût constitue le seuil de pauvreté alimentaire.



Cela explique que la valeur de lisdh soit très proche de celle de lIDH.
Les résultats du secteur primaire, dont la part dans le PIB était de lordre de 40 en début de période, sont en effet bien en-deçà de ceux enregistrés dans le secteur secondaire et celui des services : entre 1997 et 2001, la croissance annuelle moyenne.
35Deux autres aspects importants caractérisent lemploi à Madagascar et sont en lien avec la pauvreté.
En dépit de cette embellie, le revenu par tête en termes réels demeurait en 2004 inférieur à celui qui prévalait fin 2001, et la proportion de pauvres dans la population supérieure à celle observée avant la crise.
3 Évolution de lIDH et de lisdh.Celui de 2006 fixe au gouvernement plusieurs objectifs macroéconomiques (sur la croissance, linflation, la stabilité budgétaire et monétaire, la pression fiscale et linvestissement) ainsi que des priorités de développement portant sur : la bonne gouvernance ; les infrastructures (routes, télécommunications, énergie) ; léducation pour tous ; leau potable pour.Puis il mobilise les informations apportées par les nombreuses enquêtes statistiques menées auprès des ménages depuis idee cadeau echange 25 le début des années 1990 (Enquêtes prioritaires auprès des ménages, EPM, et Enquêtes 1-2-3) qui permettent de suivre lévolution de différents indicateurs de pauvreté sur la même période.47À un niveau plus fin (voir annexe 4 lévolution de la structure des dépenses montre que : le secteur éducatif a reçu 18,3 du budget total pendant les années dsrp (2003-2006) contre 13,5 sur la période ; la part budgétaire du secteur de la santé.Il décrit ensuite quelques-unes des caractéristiques structurelles de léconomie malgache qui peuvent expliquer ses performances modestes en matière de réduction de la pauvreté.Il est néanmoins vraisemblable que Madagascar continue de sinscrire dans un schéma de croissance économique à deux vitesses.




Sitemap